Logo Prom'Haies stylisé
  • photo de fond : Des feuilles
  • photo de fond : Un arbre
  • photo de fond : Un arbre
  • photo de fond : Un buisson

http://www.promhaies.net/ http://www.promhaies.net/wp-content/themes/promhaies/

Agroforesterie et stockage du carbone

cirad_frL’étude “Stockage de carbone dans les sols sous agroforesterie : une étude multisite en France” a été menée en 2016. Elle démontre le potentiel des systèmes agroforestiers pour améliorer les stocks de carbone organique du sol sous climat tempéré.

En effet, en milieu tempéré très peu d’études se sont intéressées à l’impact des systèmes agroforestiers sur le stockage de carbone organique dans les sols, la majorité ayant été menées en zones tropicales.

Méthode : Cette étude a été réalisée sur cinq sites agro-sylvicoles (arbres et cultures) et sur un site sylvopastoral (arbres et prairie pâturée) en France. Chaque site comprenait une parcelle agroforestière et une parcelle agricole adjacente comme parcelle témoin. Les itinéraires techniques dans les inter-rangs agroforestiers cultivés et dans les parcelles agricoles sont strictement identiques depuis la plantation des arbres, âgés de 6 à 41 ans selon les sites. Les prélèvements au cylindre ont été réalisés entre 20 et 100 cm de profondeur selon un protocole d’échantillonnage prenant en compte la distance aux arbres, et les stocks de carbone organique du sol mesurés à masse de sol équivalente. La biomasse aérienne des arbres a également été mesurée sur les différents sites.

Résultats et discussion : Dans les parcelles agro-sylvicoles, sur l’horizon 0-30 cm, le taux d’accumulation est supérieur à celui des parcelles agricoles. Un stockage de carbone additionnel a également été mesuré en profondeur sur les sites les plus anciens. Dans les jeunes plantations, le stockage de carbone était principalement localisé sur les lignes d’arbres, et pourrait être la conséquence du couvert herbacé permanent plutôt que des arbres. Dans le système sylvopastoral, un stockage de carbone additionnel a seulement été mesuré en dessous de 40 cm de profondeur, probablement car les stocks de carbone organique dans les horizons de surface sous prairie étaient déjà très importants.

Auteurs et affiliations :

  • Cardinael Rémi, CIRAD-PERSYST-UPR AIDA (FRA)
  • Chevallier Tiphaine, IRD (FRA)
  • Cambou Aurélie, IRD (FRA)
  • Béral Camille, Agroof (FRA)
  • Barthès Bernard, IRD (FRA)
  • Dupraz Christian, INRA (FRA)
  • Kouakoua Ernest, IRD (FRA)
  • Chenu Claire, AgroParisTech (FRA)

Pour accéder au résumé complet : http://agritrop.cirad.fr/581517/ (l’accès à l’étude est réservé aux agents du Cirad)