Logo Prom'Haies stylisé
  • photo de fond : Des feuilles
  • photo de fond : Un arbre
  • photo de fond : Un arbre
  • photo de fond : Un buisson

http://www.promhaies.net/ http://www.promhaies.net/wp-content/themes/promhaies/

Les frênes sérieusement menacés

Carte DSFUne « nouvelle » maladie touche les frênes : la chalarose. Le responsable, un champignon : Chalara fraxinea. On l’appelle également « maladie du flétrissement du frêne », car ce champignon provoque le flétrissement des rameaux, le dessèchement de l’écorce, une nécrose du collet, la mort des jeunes pousses et une descente de cime.

La Chalarose est apparue en Pologne, au début des années 1990, mais son origine reste inconnue. Elle s’étend progressivement en Europe septentrionale, centrale et du sud. En France, cette maladie a été signalée pour la première fois en Haute-Saône, en 2008. En 2010, onze départements du nord et de l’est de la France étaient déclarés touchés.

L’évolution de la maladie est suivie par la DSF – Direction de la Santé des Forêts (répartition sur le territoire, observations des arbres adultes en zone contaminée…). L’INRA – Institut National de Recherche Agronomique – travaille quant à elle sur l’étude des modes de dispersion du champignon et son impact sur le végétal.

Les premières conclusions montrent que l’attaque du champignon est rarement la cause de la mort de l’arbre. Ces derniers périssent souvent par l’attaque secondaire d’insectes (ex : hylésine).

C. fraxinea peut être présent sur toutes les parties de l’arbre, mais uniquement au niveau des nécroses et des pourritures. Le champignon n’a encore jamais été détecté dans le bois sain (aubier ou bois de cœur). Si cette absence est confirmée, les grumes purgées de toutes pourritures et parties infectées, pourraient ne pas constituer une source de propagation de la maladie, mais le risque persisterait pour les petits bois d’industrie.

Que faire ? Il est conseillé de récolter les arbres très atteints par la maladie (déficit foliaire supérieur à 50 % et nécrose du collet). Les récoltes prématurées doivent être évitées pour ne pas :
– Accélérer la contamination par les transports,
– Éliminer les éventuels individus résistants,
– Déstabiliser les peuplements,
– Saturer le marché et handicaper les récoltes les plus urgentes,
– Créer l’effondrement des cours.

Sources :
– Ministère de l’Agriculture : http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/La_chalarose091211.pdf et http://agriculture.gouv.fr/ressources,11370
– Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chalara_fraxinea